Découvrir et comprendre les cultures étrangères

Recommandations relatives au comportement à adopter dans les temples, mosquées et autres lieux saints

Les règles et usages en vigueur dans les temples, mosquées et autres lieux saints divergent beaucoup, avec parfois des différences nationales ou régionales au sein de la même communauté religieuse dont l’énumération détaillée dépasserait le cadre du présent document. Ce dernier ne se veut pas exhaustif, mais vise tout simplement à aider le visiteur occidental à se comporter de manière correcte en formulant des recommandations qui concernent directement la visite de sites religieux ou d’endroits en relation. Partant du principe que la culture chrétienne nous est familière, nous nous focalisons ci-après sur la visite de lieux saints bouddhistes, hindouistes, musulmans et juifs. 

Nous vous conseillons vivement de lire les présentes recommandations avant de partir en voyage. 

Quatre règles d’or: 

  1. Observer discrètement les visiteurs indigènes avant d’entrer dans un lieu saint et calquer son comportement sur le leur. 

  2. Ne pas se lancer dans des débats sur la religion avec des membres d’autres confessions et encore moins essayer de leur faire partager ses propres convictions. 

  3. Ne jamais se moquer d’histoires ou de rituels religieux, même si ceux-ci peuvent nous sembler comiques ou absurdes. 

  4. Toujours traiter avec respect les religions étrangères, leurs dieux, prophètes et fondateurs, ainsi que les us et coutumes religieuses. Car pour bon nombre de croyants, la religion est l’aspect le plus sacré de leur vie. En adoptant un comportement inadéquat ou arrogant, nous mettons dans l’embarras les personnes les plus tolérantes en Asie. Et dans les pays musulmans, ce type d’attitude peut avoir des conséquences imprévisibles. 

Islam 

Les règles régissant la tenue vestimentaire dans les mosquées diffèrent d’un pays à l’autre. En principe, les femmes devraient éviter les décolletés plongeants et veiller à se couvrir les épaules ainsi que les genoux. Dans de nombreux endroits, des habits longs cachant les parties visibles du corps sont mis à la disposition des visiteurs à l’entrée. 

En Arabie saoudite, les touristes sont soumises aux mêmes règles que les femmes indigènes. Le port de «l’abaya», une robe couvrant tout le corps, est obligatoire en public. En Iran, les touristes ne sont pas tenues de se vêtir d’un habit dissimulant l’entier du corps, mais elles doivent cacher leurs cheveux sous un foulard et porter un haut (par ex. blouse, veste légère) qui ne marque pas les hanches et couvre les bras, accompagné d’un pantalon long ou d’une jupe longue. 

Chez les musulmans, les règles sont claires et ne laissent place à aucune marge d’interprétation quand il s’agit du Coran, de Mahomet ou d’Allah. Voici un résumé des principales règles de conduite: 

  • S’abstenir à tout prix de nier l’existence de Dieu, respectivement d’Allah, ou d’en douter ainsi que de se lancer dans des débats sur le prophète Mahomet. 

  • Tenue vestimentaire pour les femmes: pas de décolletés plongeants, couvrir les épaules et les genoux. 

  • Les hommes devraient éviter de regarder les femmes droit dans les yeux – surtout si elles sont voilées. 

  • L’accès de certains temples et mosquées est interdit aux femmes enceintes. 

  • Dans le droit musulman, toute consommation d’alcool est interdite. Bon nombre de musulmans non-pratiquants en boivent cependant et en offrent aussi à leurs hôtes. Pratiquement tous les pays musulmans (exception faite de l’Arabie saoudite, de la Libye et du Koweït) autorisent la vente d’alcool aux non-musulmans. En règle générale, seuls les hôtels internationaux proposent des boissons alcoolisées. L’ivresse est considérée comme une honte. 

  • Les jeux de hasard sont interdits aux musulmans. 

  • La main gauche est impure. Il faut veiller à toujours utiliser la main droite pour saisir et transmettre un objet. Accepter un cadeau de la main gauche constitue une insulte. 

  • Durant le ramadan, la population attend également des touristes qu’ils s’abstiennent de manger, boire et fumer en dehors des hôtels. Dans certains pays, la vie publique s’arrête pendant la journée. De nombreux bars sont fermés durant le ramadan. 

  • La consommation de viande de porc est interdite. 

  • Pour visiter une mosquée, il faut se déchausser à l’entrée, se couvrir les épaules et les genoux, les femmes doivent veiller à porter un foulard. 

  • Pas de manifestations de tendresse en public. 

 Judaïsme 

  • Les commerces sont fermés le samedi (sabbat), qui est un jour de repos du coucher du soleil le vendredi soir à la tombée de la nuit le samedi. 

  • L’abattage rituel des bêtes est une condition impérative. Il est interdit de consommer des animaux qui n’ont pas le sabot fendu (par ex. le porc ou le cheval), de même que des crustacés et des mollusques (par ex. les huîtres et les langoustes) ainsi que des rapaces et des poissons sans écailles ni nageoires.

  • Kasher signifie que les aliments répondent aux lois de la religion juive. 

  • Tenue vestimentaire à adopter dans les synagogues: une robe plutôt que des pantalons pour les femmes, pas de couleurs criardes. La robe doit arriver au minimum jusqu’aux genoux, les coudes doivent être couverts. 

  • Les juifs qui vivent dans le strict respect de leur religion ne serrent jamais la main d’une femme pour la saluer, ceci afin de respecter sa sphère intime. 

  •  Les règles applicables dans les synagogues diffèrent selon que la communauté est plutôt orthodoxe ou libérale. Nous vous recommandons par conséquent de vous renseigner auprès de la communauté juive avant toute visite d’une synagogue.

Hindouisme 

  • En Inde, il est tout à fait admis que certaines parties du corps soient dénudées. Une femme peut par exemple se promener sans problème avec le ventre découvert. En revanche, les jambes et les décolletés sont tabous. 

  • Etant donné que les vaches sont sacrées, il est évidemment interdit de les consommer. De nombreux hindous adoptent un régime strictement végétarien pour des raisons d’ordre religieux. 

  • Les singes sont également considérés comme sacrés dans certaines régions (dieu-singe Hanuman). 

  • Offrir et accepter les cadeaux avec les deux mains. 

  • La main gauche étant impure, l’on utilise toujours la main droite (surtout pour manger). 

  • Les chaussures sont impures. Il faut les retirer avant d’entrer dans une maison ou un temple. 

  • Ne jamais diriger la plante des pieds en direction d’autres personnes. 

  • Pas de manifestations de tendresse en public. 

 

Bouddhisme 

  • Les musulmans sont nombreux en Asie. Afin d’éviter les répétitions, nous vous renvoyons à ce sujet au chapitre consacré à l’islam.  

  • Bien que les autochtones se montrent tolérants en Asie du Sud-Est quant à l’habillement dans les temples bouddhistes, il convient néanmoins d’adopter une tenue vestimentaire décente. 

  • Certaines parties du corps sont considérées comme impures ou vulgaires en fonction des différentes régions. Dans les temples bouddhistes, il ne faut jamais s’asseoir à même le sol en étendant les jambes afin d’éviter de pointer la plante des pieds en direction d’une représentation de Bouddha ou d’un moine. Par ailleurs, l’on ne pose jamais le pied sur le seuil d’un temple bouddhiste. 

  • Dans les temples shintoïstes au Japon, l’ambiance est calme et paisible. Parfois même, le visiteur doit commencer par réveiller les dieux en tapant des mains ou en agitant des clochettes avant de pouvoir formuler ses prières. La propreté est très importante dans ces temples. Les visiteurs doivent se laver le visage et les mains avant d’y pénétrer. 

  • Les temples chinois ne sont pas forcément des lieux de recueillement. Il y règne un joyeux va-et-vient et l’ambiance est souvent plus bruyante que dans d’autres temples, mosquées ou églises. Les dieux ne jouent pas un rôle aussi important que dans d’autres croyances.

  • Dans la plupart des pays asiatiques, il faut se déchausser avant d’entrer dans les temples (ainsi que dans les maisons privées). 

  • Une femme ne doit jamais toucher un moine bouddhiste. Même si elle veut lui remettre une offrande, elle ne la tendra pas directement au moine mais la déposera sur un tissu devant lui. Il la saisira dès que la femme aura retiré sa main. 

  • L’accès de certains temples et mosquées est interdit aux femmes enceintes. 

  • Les symboles bouddhistes n’ont rien à faire sur les T-shirts et il faut également faire preuve d’une certaine retenue quand on souhaite les utiliser comme motifs de tatouages. Les personnes qui posent devant une statue de Bouddha pour une photo veilleront à adopter une attitude modeste et humble. 

  • Outre les dieux, les esprits et les démons sont également omniprésents en Asie – qu’il s’agisse de la Thaïlande, de la Chine ou du Japon. Les autochtones font tout pour ne pas les irriter et leur apportent de la nourriture dans les maisons des esprits. 

 Autres conseils de comportement (en particulier pour l’Asie) 

  • Peu habitués à exprimer leurs sentiments, les Asiatiques ne comprennent pas les gestes animés des mains (voire des jambes) qui accompagnent la parole. De même, le «langage des mains» (par ex. pouce pointé vers le haut ou le bas, doigt sur la tempe, etc.) est déplacé en Asie. 

  • On ne doit jamais toucher la tête de quelqu’un, surtout pas celle d’un enfant. C’est un geste tabou car la tête est le siège de l’âme. 

  • Il faut éviter de croiser les jambes lorsqu’on est assis en face de gens plus âgés. 

  • Les hommes devraient s’abstenir de regarder les femmes droit dans les yeux – surtout si elles sont voilées. 

  • Croiser les bras devant la poitrine ou appuyer les mains sur les hanches est considéré comme un signe d’extrême arrogance en Asie. Dans de nombreux endroits en outre, les gens ne se serrent pas la main comme nous avons coutume de le faire. 

  • En Extrême-Orient, l’on tend et reçoit les cartes de visite avec les deux mains. 

  • Lorsqu’un Chinois dit: «Il faut que j’y réfléchisse», cela veut généralement dire non. 

  • Il est quasiment impossible pour un Européen de s’incliner correctement face à un Japonais pour le saluer: en effet, le degré d’inclinaison dépend du statut, de l’âge ainsi que d’autres aspects sociaux.