Roundtable Human Rights in Tourism

Soucieuse d’assumer sa responsabilité en matière de droits humains, la Fédération Suisse du Voyage a adhéré à l’initiative «Roundtable Human Rights in Tourism».

 

 

Quelles sont les conditions de travail des collaborateurs locaux actifs dans le secteur du tourisme? La population indigène est-elle suffisamment respectée? Quelle est la charge imposée aux porteurs dans le cadre de trekkings? Certains secteurs sont-ils liés au travail des enfants, voire à la prostitution enfantine?

En sa qualité de point de contact national de la «Table ronde pour les droits de l’homme dans le tourisme» en Suisse, le Groupe de travail Tourisme et Développement a pour mission de fournir des informations et de sensibiliser les membres de la FSV à ce sujet au travers de workshops. La mise en œuvre concrète des mesures incombe aux tour-opérateurs, qui négocient les contrats avec les partenaires locaux.

«Le sujet des droits de l’homme n’est pas une nouveauté pour le tourisme, mais c’est une thématique qui oblige la branche à innover. Il s’agit tant des conditions de travail et de la protection contre la discrimination que des droits des enfants, des femmes et des populations indigènes. Et les entreprises ont une responsabilité accrue à assumer dans ce domaine», explique Walter Kunz

Fruit d’une initiative multipartite, la «Roundtable Human Rights in Tourism» est une association à but non lucratif, qui a pour objectif de promouvoir les droits de l’homme dans le secteur touristique. Elle joue le rôle de force motrice et de plateforme ouverte pour les entreprises, organisations et institutions qui s’engagent à respecter les droits humains dans le tourisme. Les activités de la table ronde se basent sur les principes directeurs de l’ONU relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme, qui décrivent la responsabilité des entreprises à l’égard des droits humains.